TEMOIGNAGES

Rédactrice et Post productrice de profession, qu'en refusant de cacher de l'argent dans les budgets et en n'utilisant pas le népotisme, malgré mes succès et mes besoins, j'ai perdu des opportunités qui m'ont permis de faire vivre ma famille. Cuisinier par héritage, passionné par l'apprentissage et amoureux de la culture, je m'imprègne de ces mondes.
Timide pour le devoir d'être de bonne éducation mais combattant infatigable pour réaliser ses rêves.
  

1 - Votre parcours

Première actrice de carrière et premier emploi. Rédacteur en chef et post-producteur de publicités et de documentaires culturels. J'ai travaillé pour toutes les marques existantes sur le marché, lauréat de la bourse FONCA pour la réalisation de documentaires culturels et du prix Discovery Channel. Producteur exécutif et représentant d'entreprises de cinéma et d'animation du Canada, du Pérou et du Costa Rica. Cuisinier par héritage, étudiant de la nourriture et des protocoles du monde, privilégié avec le don d'un assaisonnement qui aime et séduit. Créatif sans limite de ressources et d'ingéniosité pour résoudre et résoudre. Conseiller culturel pour différents personnages mexicains et étrangers. Passionné par l'apprentissage permanent, aujourd'hui dédié à la recherche et à l'écriture, un rêve qui a toujours été latent.

  

2 - Votre projet

Avoir ma propre maison, où je sais que je n'aurai pas à aller un jour, que je n'aurai pas à jeter l'argent du loyer et à souffrir pour l'avoir.

Ma fille Miranda, une femme prudente depuis son enfance, a mis toutes ses économies pour donner 75% pour acheter une petite maison à Izamal, une ville du Yucatan où j'ai décidé de passer, peut-être les dernières années de ma vie. Les 25 % restants devaient être payés à 18 mois en versements mensuels qui représentent près de la moitié de mon salaire mensuel.

La maison est si petite que pour l'aménager il fallait la rénover : agrandir la seule pièce, ajouter un espace en utilisant une petite terrasse ouverte et l'agrandir pour faire la cuisine et la salle à manger, dans cet espace va éventuellement aller l'escalier pour accéder à deux pièces à construire sur un deuxième étage dans le futur. Ils m'ont fait un budget du coût de ce travail et une amie m'a dit qu'elle m'avait prêté de l'argent pour le faire et faire de nous une maison à nous.

  

3 - Ses défis et ses obstacles

L'entrepreneur responsable du projet, qui était responsable de 52 maçons, n'a pas respecté l'accord, par contre j'ai eu la pression et les rappels hebdomadaires des propriétaires de la maison que je devais quitter la maison le 15 juillet parce qu'ils l'avaient déjà vendue, j'ai demandé la permission de ne rester que dans ma chambre et avec le réfrigérateur jusqu'à la fin du mois, je sortais tout mon mobilier et ma bibliothèque avec lesquels je travaille, vers une maison qu'ils ne me prêtaient plus. Confronté à une pression constante, le maçon a insisté sur le fait que si je n'avais pas tous les matériaux de construction (qu'il avait achetés), je ne pouvais pas avancer et je suis tombé dans son piège sous le devoir de quitter la maison que je louais. Le peu que faisait le maçon était mal fait, c'était une tromperie que j'ai réalisé, grâce au fait qu'il est monté illégalement pour mettre mon mur sur le toit du voisin, et que la maison du voisin a craqué parce que c'était une vieille maison en maçonnerie. Quand le voisin engage un avocat pour poursuivre en justice, le gars s'enfuit avec mon argent et je découvre qu'il n'a pas construit de fondation, le gars savait qu'il ne pouvait pas être couvert parce qu'il allait tomber, l'électricité dans la salle de bains était seulement connectée à un câble, en réalité il n'y avait pas d'électricité, les tuyaux dans la salle de bains, ils avaient laissé cassé sous des gravats de l'emplacement du plancher de cuisine serait mis. Grâce au fait que tout devait être ouvert pour poser les fondations et pouvoir faire la pièce, nous avons tout réalisé.

Tout s'est arrêté en août, nous avons dû démolir ce qui était mal fait et tout faire bien, d'une manière qui n'avait pas été envisagée et qui demande beaucoup plus de matériaux de construction et de travail.

Je me sentais vieux et sénile, un violent profitait de la pression que j'étais sous pression, j'étais confus et j'avais peur qu'il me vole 10% de ce qu'il a fini par me voler et au lieu de le jeter, je continuais à le supplier de se soumettre.

J'ai pleuré mon échec et il m'est difficile de me pardonner d'avoir été si aveugle et d'avoir manqué d'audace pour prendre la décision que je savais que je devais prendre et je suis aussi parti avec l'argent en me laissant dans une pièce, sans possibilité de finir car il n'y a aucun mur, aucun toit, aucune électricité, aucune plomberie, aucune fenêtre, aucune porte sur ce qui sera la cuisine et la salle à manger et tout est un espace continu, donc la petite maison est inhabitable. Je vis dans une chambre à coucher, j'ai une table de travail et un réfrigérateur, rien pour cuisiner, je pensais que ce ne serait que quelques semaines, trois mois et demi et encore trois semaines pour vivre la maison, si je peux avoir l'argent pour finir l'essentiel, même s'il n'est pas peint, et il n'y a aucune place pour ranger des ustensiles de cuisine entre autres choses.

 

 4 - Ce que Fridha a pu contribuer à cette dynamique

Quand Aurèlie apprend ce que je vis, mon angoisse, mon angoisse, le préjudice qui m'a fait perdre ma foi aveugle habituelle dans des situations difficiles, elle me dit qu'elle voulait me donner un cadeau d'anniversaire pour un voyage en Europe, mais qu'elle a vu que dans ce moment de mon existence il serait mieux de me donner l'argent pour pouvoir recommencer la construction et avoir une vie normale et non de vivre la vie de misère.

Elle m'a généreusement demandé d'écrire une histoire sur tout, d'être stimulante pour les autres, et que Fridha m'aidera à faire mon travail.

© 2019 THE FRIDHA COMPANY